Solution du problème de hernie discale sans chirurgie

Les vertèbres de la colonne sont séparées par des disques, ces disques amortissent la colonne vertébrale et laissent de l’espace entre chaque vertèbre. Les disques permettent le mouvement entre celles-ci, ce qui permet de se baisser et de s’étirer.

Une hernie discale est une conséquence d’une compression trop forte et d’une mauvaise position des vertèbres. Imaginez-vous écraser une glace entre deux biscuits, la glace en sort des deux côtés, ceci est une hernie discale. Ses conséquences peuvent se traduire par de la douleur, une altération de la sensibilité voire même des difficultés à marcher.

La douleur causée par une hernie discale est généralement le résultat de la détérioration générale de la colonne vertébrale causée par des activités répétées ou une lésion.

Qu’est-ce qu’une hernie discale et qu’implique-t-elle ?

Une hernie discale est une cause de radiculopathie. Toute maladie qui affecte les racines de la colonne.

Comme on l’a mentionné plus haut, la colonne vertébrale/vertèbre contient deux disques qui les séparent. Un de ces disques peut sortir de sa position habituelle ou bien se casser en cas de lésion ou de distorsion. Quand cela arrive, on court le risque d’exercer une pression sur les nerfs rachidiens. Cela peut mener à une douleur, un engourdissement, une faiblesse.

La partie basse de la région lombaire de la colonne est la région la plus fréquemment affectée par une hernie discale. Les disques du cou (cervicales) sont dans la deuxième région la plus habituellement affectée. Les disques du haut et du milieu du dos (thoraciques) sont rarement touchés.

De la même manière que la hernie discale, le disque intervertébral cervical est capable d’affecter les racines nerveuses ou la moelle épinière, dans ce cas cervicale. Ici, le disque a un peu plus d’espace disponible qu’au niveau dorsal. Face à la plus grande fréquence des hernies discales cervicales ou la compression cervicarthrosique, beaucoup plus d’affectations radiculaires et médullaires se présentent avec cette maladie.

En général, les hernies discales sont plus fréquentes chez les hommes d’âge moyen et d’âge avancé, habituellement après une activité exténuante. D’autres facteurs de risque peuvent en être la cause :

  • Soulever des objets lourds.
  • Etre en surpoids.
  • Courber ou tordre le bas du dos de manière répétitive.
  • Rester assis ou debout dans la même position de manière prolongée.
  • Avoir un style de vie sédentaire.
  • Le tabagisme.

La douleur arrive fréquemment d’un côté du corps. Les symptômes peuvent varier en fonction de l’endroit où a lieu la lésion et peuvent inclure les éléments suivants :

  • Avec une hernie discale dans la région lombaire, vous pouvez ressentir une douleur lancinante dans l’une des jambes, la hanche ou le fessier, en plus d’engourdissement dans d’autres parties. Vous pouvez aussi ressentir une douleur ou un engourdissement dans la partie postérieure du mollet ou de la plante du pied : La jambe elle-même peut également être faible.
  • Avec une hernie discale dans le cou, il est possible que vous ressentiez une douleur en bougeant le cou, une douleur profonde proche ou sur l’omoplate ou une douleur qui se diffuse dans le bras, l’avant-bras et dans les doigts de la main. Il peut également apparaitre un engourdissement le long de l’épaule, du coude ou de l’avant-bras.

La douleur commence généralement lentement, pour ensuit empirer. Elle arrive généralement :

  • Après avoir été en position assise ou debout.
  • Durant la nuit.
  • En éternuant, riant, toussant.
  • En se courbant vers l’arrière.
  • En marchant.

 

On peut également ressentir une faiblesse dans certains muscles. Parfois, il se peut que vous n’y prêtiez pas attention jusqu’à ce qu’un médecin vous examine. Dans d’autres cas, vous noterez que vous avez des difficultés à lever la jambe ou le bras, vous tenir debout sur la pointe des pieds d’un côté, serrer fortement avec l’une de vos mains ou d’autres problèmes. Vous courrez aussi le risque de perdre le contrôle de la vessie.

La douleur, l’engourdissement ou la faiblesse disparaissent très souvent ou s’améliorent considérablement durant une période allant de quelques semaines à quelques mois, tout dépend du traitement appliqué.

Avant tout traitement médical, le premier pas à suivre est un examen physique minutieux et un examen des antécédents médicaux. Selon les symptômes, le médecin examinera le cou, l’épaule, les bras et les mains. Mais également la région lombaire, les hanches, les jambes et les pieds.

Après cela, le docteur fera un examen en profondeur :

  • Recherche d’engourdissement ou perte de sensibilité.
  • Réflexes musculaires, lesquels peuvent être plus lents ou absents.
  • Force musculaire, qui peut devenir plus faible.
  • Posture ou forme de la courbature de la colonne.

Il se peut que le professionnel qui s’occupe de vous, dans le cadre de la réalisation de l’examen, vous demande par exemple :

  • De vous asseoir, de vous mettre debout et de marcher. Pendant que vous marchez, le médecin peut vous demander de le faire sur la pointe des pieds et ensuite sur les talons.
  • Vous courber vers l’avant, vers l’arrière et sur les côtés.
  • Lever les épaules, le coude, le poignet et la main, pendant que vous réalisez ces actions, l’expert prendra en compte la capacité de force que vous pouvez appliquer.

La douleur dans la jambe qui se présente quand le patient s’assoit sur la table d’examen et lève la jambe tendue, suggère en général la présence d’une hernie discale dans la région lombaire.

Il existe un autre examen qui consiste à tourner la tête vers l’avant et vers les côtés, pendant que le médecin applique une légère pression vers le bas sur la partie supérieure de la tête. Généralement, l’augmentation de la douleur ou de l’engourdissement durant cet examen est un signe de pression sur un nerf dans le cou.

On peut solliciter une certaine quantité d’examens de diagnostics. Par exemple :

  • Electromyographie (EMG) : Pour déterminer la racine nerveuse exacte qui peut être touchée.
  • Myélographie : Cet examen sert à déterminer la taille et la localisation de la hernie discale.
  • Résonance magnétique : On pourra montrer avec cet examen si la hernie discale exerce une pression sur le canal rachidien. On pourra aussi utiliser la méthode de la tomographie par ordinateur de la colonne vertébrale.
  • Radiographie de la colonne vertébrale : Cette méthode fonctionne pour trouver d’autres causes de douleur cervicale ou dorsale. Cependant, il n’est pas possible de diagnostiquer une hernie discale uniquement grâce à une radiographie de la colonne.
  • On peut également réaliser un test de rapidité de la conduite nerveuse.

 

Comment traiter une hernie discale sans chirurgie et avec un ajustement chiropratique

Parmi les traitements de la médecine allopathique (avec médicaments et chirurgie), on trouve les suivants :

Le traitement qui est généralement utilisé pour une hernie discale est une courte période de repos avec des analgésiques. Cela est suivi par de la physiothérapie. La majorité des personnes qui suivent ces traitements seront capables de se récupérer et de retourner à leurs activités quotidiennes. Certaines auront besoin d’un traitement additionnel, qui peut inclure des injections de stéroïdes ou, dans les cas extrêmes, de chirurgie. Cette dernière est uniquement adoptée dans un cas total et complètement extrême, sinon il existe l’opportunité de suivre des traitements et nous vous montrons ci-dessous lesquels.

Les médicaments peuvent aider avec la douleur. Votre médecin peut vous prescrire l’un des suivants :

  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) pour contrôler la douleur à long terme.
  • Si les AINS ne font d’effet, des narcotiques.
  • Des médicaments pour calmer les nerfs.
  • Des relaxants musculaires pour soulager les spasmes du dos.

Les injections de médicaments stéroïdiens dans la zone du dos où la hernie discale est localisée peuvent aider à contrôler la douleur durant quelques mois. Ces injections réduisent l’inflammation autour du disque et soulagent beaucoup de symptômes. Elles ne solutionnent pas le problème qui cause la douleur et elle peut revenir après quelques semaines ou quelques mois. Les injections dans la colonne sont des procédures ambulatoires. Elles peuvent aussi déclencher certaines complications comme par exemple une douleur dans le dos ou les jambes, une perte de mouvement ou perte de la sensibilité dans les jambes ou dans les pieds, une perte du fonctionnement de la vessie et des intestins, et enfin, une lésion de la moelle épinière. Cette dernière est la moins commune.

De nos jours, nous savons que la meilleure solution pour la hernie discale de manière naturelle et efficace est la chiropratique. Cette méthode est généralement très efficace et idéale pour traiter une hernie discale avec les ajustements chiropratiques qui décompressent et corrigent la position des vertèbres pour que la partie souffrante du disque se résorbe. Une saison de réhabilitation chiropratique sous les soins corrects et entre les mains d’un professionnel sont une excellente option. Dans ladite réhabilitation vous pouvez apprendre la forme correcte de vous déplacer et la manière idéale pour appliquer la force sur les muscles. La partie lésée est la partie intérieure du disque, qui ressemble à de la gélatine. Si les forces mécaniques incorrectes sur le tissu sont corrigées, le disque se soignera complètement.

Le chiropracteur examinera la colonne vertébrale pour vérifier la flexibilité, l’amplitude de mouvement et les signes suggérant qu’une hernie discale affecte les racines nerveuses ou la moelle épinière.

Se soumettre à des soins chiropratiques résoudra la posture, détendra la tension musculaire, diminuera les niveaux de stress et donnera plus d’élasticité au corps, ce qui sera bénéfique pour réduire le temps de n’importe quel traitement, chassant la douleur dans un laps de temps plus court et de manière permanente.

Il faut noter que le fait d’appliquer certains changements dans votre style de vie habituel est d’une grande aide. Pratiquer davantage d’activités physiques ou d’exercices et prendre soin de votre alimentation peut avoir un effet très positif dans n’importe quel traitement pour une hernie discale.

Il existe certaines méthodes qui aident à prévenir des lésions dans le dos, comme par exemple, utiliser les techniques de levée adéquates, maintenir un poids sain et faire des exercices focalisés sur l’abdomen et le dos.